Nous avons autant besoin de raisons de vivre que de quoi vivre.